États-Unis | Voyages

Un weekend prolongé à la Nouvelle Orléans

27 juillet 2017

Voir une autre facette des États-Unis en à peine quatre jours depuis New York ? C’est possible et c’est même souhaitable ! À seulement quelques heures de vols, la Nouvelle-Orléans donne à voir un autre visage de l’Amérique. Véritable melting pot d’influences et de cultures, c’est une ville qui ne laisse pas insensible. Que ce soit par sa cuisine, par son architecture ou par la musique qui occupe une place centrale, nous avons été conquis !

 

Pourquoi la Nouvelle-Orléans ?

 

Quand on vit à New York, on aspire parfois à s’évader hors de la ville. C’est en tout cas le sentiment qui était le nôtre à quelques jours du nouvel an 2017. Pourquoi ne pas finir le break de fin d’année par quelques jours quelque part ? S’est alors posée la question de la destination. Google, à la rescousse : « séjours courts depuis New York ». Déception, le moteur de recherche nous a ressorti des idées de weekend vues et revues : les hamptons, le nord de l’état, Boston, le Maine, le Vermont etc… Il nous a alors dû faire preuve d’imagination. Pour ma part, je suis spontanément partie sur l’idée de Québec City. Gros véto de Monsieur Chéri qui m’a opposé que le Québec en janvier n’était peut-être pas la meilleure idée, à moins de souhaiter commencer l’année en mode glaçons sur banquise. Bon ok, il n’avait sans doute pas tout à fait tort. 

Quand il a lancé l’idée de la Nouvelle-Orléans, j’ai d’abord eu du mal à m’enthousiasmer. Pour autant, je lui ai fait confiance et j’avais envie de lui faire plaisir. Grand bien m’en a pris car c’était une superbe découverte.

Je vous fais donc découvrir notre long weekend à NOLA (l’acronyme de la Nouvelle-Orléans Louisiana, si vous voulez faire branchés). 

 

Une organisation de dernière minute synonyme de grande panique … 

 

Décider de partir à la dernière minute, c’est excitant. La spontanéité met du piment dans le quotidien. Ceci dit, qui dit escapade de dernière minute dit aussi organisation de dernière minute. Pour une control-freak de la planification comme moi, c’est un peu un cauchemar. En principe, j’aime prendre le temps d’effectuer des recherches en amont, de parcourir les blogs de voyages ou encore de lire les critiques. Je prépare des listes, élabore des propositions d’itinéraires etc… Une façon de me mettre dans l’ambiance en quelque sorte. J’adore ce temps de préparation, qui fait pour moi partie du voyage lui-même.

Pour la Nouvelle-Orléans, j’ai été privée de grandes recherches préliminaires. Il a fallu aller à l’essentiel et être efficace. Et pour cela, j’avais besoin d’un peu d’aide. Hop, direction McNally Jackson (une librairie indépendante que j’adore sur Prince Street) pour me procurer le Lonely Planet New Orleans Pocket guide. Le format poche est super. Il va à l’essentiel et tient dans le sac à main sans peser une tonne. Pour un weekend découverte, c’était amplement suffisant. 

 

Notre itinéraire

 

  • Premier jour : Le French Quarter, le Waterfront et le Faubourg Marigny
  • Deuxième jour : Garden district, Tulane et le parc Audubon 
  • Troisième jour : Le musée du Cabildo, le Presbytère, du blues et du jazz !
  • Quatrième jour : Un petit tour dans Tremé 

 

Au jour le jour …

 

Envie d’en savoir plus sur le déroulé de notre voyage ? Ca tombe bien : je vous ai concocté un petit reportage. Les restaurants que je mentionne sont répertoriés, avec nos avis, (pas toujours positifs) en fin d’article. 

 

Jour 1 : Le quartier français, Jackson Square et le Faubourg Marigny

 

Notre hôtel se situait idéalement sur la rue très animée de Bourbon St. De là, nous avons marché jusqu’à Exchange Place, une ravissante petite allée piétonne. En traversant la rue, vous tombez sur la Louisiana supreme court. Empruntant Royal Street (superbe), nous nous sommes dirigés vers Jackson Square. Cette marche, relativement courte, permet de rentrer dans l’ambiance, d’admirer les facades et de découvrir quelques galeries. 

 

Exchange Place

Un Président des États-Unis s’est glissé dans ces oeuvres …

Carrefour Royal et Bienville

La Louisiana Supreme Court entre Royal et Chartres

 

Nous arrivons ensuite sur Jackson Square, devant la célèbre statue du Président éponyme. 

 

La cathédrale Saint Louis

 

De là, nous ne pouvions pas ne pas nous adonner à une tradition locale : le beignet et le café au lait du célèbre Café du Monde. L’établissement est une véritable institution qui existe depuis le milieu du 19e siècle. Aux États-Unis, une telle pérennité rare ! En plein mois de janvier, l’endroit était bondé. Nous avons donc opté pour la version à emporter et avons profité calmement de notre goûter dans le parc adjacent. Il faut admettre que les beignets étaient très bons (mais ils ne valaient pas pour autant ceux de ma grand-mère).

 

 

À quelques pas, petite surprise tout droit sortie d’une autre époque …

 

 

La balade s’est ensuite poursuivie par une traversée du French Market. Je vais être très honnête, l’endroit n’a plus rien d’authentique, hormis sa structure. Aujourd’hui, c’est plutôt une grande halle où se succèdent les vendeurs de breloques pour touristes. Nous n’avons donc fait que traverser ce « marché » pour nous rendre du côté du Faubourg Marigny. Le Lonely Planet vous le recommande pour le soir et je pense que c’est en effet judicieux. Nous y sommes allées en fin de journée et l’endroit (une petite rue) était désert. Étant donné la concentration de bars, le coin doit être sympa pour les fêtards quand il commence à s’animer.

 

 

Après un bref passage par l’hôtel, nous avons marché jusqu’à August, un restaurant d’inspiration française dans un cadre raffiné.

 

Jour 2 : Le quartier des affaires, le quartier des jardins, le parc Audubon et l’université de Tulane 

 

Notre journée a débuté par une longue mise en jambe. Nous avons ainsi traversé tout le quartier des affaires via Magazine Street. Ça nous a pris environ 35 minutes. Le début du chemin était sympa mais après une quinzaine de minutes il n’y a plus rien à voir et vous traversez des endroits sans le moindre intérêt.

Belle récompense en revanche quand nous avons atteint le Surrey’s Juice Bar. Un endroit vraiment très sympa avec une carte de brunch tout à fait décadente. L’idéal pour reprendre des forces avant le reste d’une grosse journée de marche.

 

 

De là, nous avons dégainé le Lonely planet et avons suivi l’itinéraire conseillé (et les explications qui vont avec) pour admirer les maisons et jardins du Garden District. Intéressant et permet d’aller à l’essentiel, notamment de cibler les plus belles maisons ce qui est sympa pour les amateurs de photos. Les fans de vampires apprécieront sûrement de passer devant la maison d’Anne Rice (dans laquelle personnellement je ne vivrais pas mais bon …).

 

 

Le parcours achevé, nous avons récupéré l’axe principal (Charles St.) et sommes montés à bord du Charles St. streetcar en direction de l’Université de Tulane. Ce tramway historique est un moyen économique et charmant de traverser la Nouvelle-Orléans et d’apprécier la ville dans son ensemble.

 

Tulane University

En face du campus de Tulane se trouve l’immense parc Audubon, que nous avons traversé dans toute sa longueur. La fatigue a alors clairement commencé à se faire ressentir, mais nous avions projeté d’aller voir le zoo donc nous avons pris sur nous. Pas de chance, en arrivant devant, on nous a annoncé que les animaux sont rentrés chaque jour en milieu d’après-midi pour éviter la chaleur (oui, même en janvier !!!). Sublime consolation, nous étions à quelques mètres de merveilleuses allées d’arbres qui rappellent bien les ambiances du sud des États-Unis. Non loin, le « Tree of Life », absolument spectaculaire. Nous sommes facilement restés une demi-heure en extase devant. 

 

 

Retour à l’hôtel avec le Charles St. streetcar et dîner à proximité chez SoBou.

 

Jour 3 (pluie): De musées et de la musique !

 

La journée a débuté par un café/croissant au Croissant d’Or, non loin de Jackson Square. Nous avions anticipé qu’il pleuvrait ce jour-là et avions gardé les musées en réserve, en quelque sorte.  Premier stop au Presbytère pour l’exposition sur l’ouragan Katrina. Très bien faite. Le second étage est consacré au carnaval. On ne voit pas bien le rapport et la transition est un peu curieuse mais bon à près tout pourquoi pas ?

Munis de notre billet combiné (vous payez moins cher lorsque vous prenez deux musées combinés), nous avons bravé les éléments (vraiment il tombait des cordes) et traversé le square. À gauche de la cathédrale Saint Louis se trouve en effet le Louisiana State Museum ou Cabildo. Le musée est très complet. Il suit un ordre chronologique et permet de se familiariser avec l’histoire de l’état. Nous avons beaucoup appris. 

 

 

Le temps s’est levé en fin d’après-midi ce qui nous a encouragé à sortir le nez dehors. Nous nous sommes alors dirigés au fond d’une allée sombre pour prendre un verre en musique dans la célèbre House of Blues. C’était vraiment un beau moment. Le bar est à ne pas confondre avec la salle de concert qui, elle, se trouve sur la rue. Pour trouver le bar, plus calme, prenez l’allée presque jusqu’au fond. Presque en face de House of Blues, vous trouverez une vieille librairie en bazar. Elle n’a l’air de rien mais recèle de petits trésors. Pour ma part, j’ai trouvé un Dumas en édition originale en français, imprimé à New York et distribué à la Nouvelle-Orléans pour les Français des États-Unis de l’époque. Génial, non ?

 

 

De retour à l’hôtel, il se passait ça … 

 

 

Pour notre dernier dîner, direction le Arnaud’s Jazz Bistro. Moyennement une petite participation, on y passe la soirée dans une ambiance un peu feutrée à écouter un trio de jazz. C’était mon coup de coeur du voyage et je vous en parle plus en détail à la fin de cet article …

 

Jour 4 : Un rapide coup d’oeil à Tremé et encore du Bourbon (Street) !

 

Au matin du 4e jour, le soleil est enfin revenu. Pas de chance, il était déjà temps de partir. Souhaitant profiter des dernières heures à fond, nous nous sommes réveillés très tôt. Valises faites, nous sommes partis nous balader à proximité. Cette fois-ci, direction le Nord du quartier français et le Louis Armstrong Park. Stop petit-déj chez Mister Gregory’s, puis promenade rapide dans Tremé, un quartier beaucoup plus populaire. Revenant sur nos pas, nous avons emprunté Bourbon Street une dernière fois pour boucler notre reportage photo. 

 

 

 

Les temps forts du voyage

 

Si je devais retenir mes quelques moments préférés, je mentionnerais ceux-ci comme incontournables :

  • Déambuler dans le quartier français et le Garden District
  • Prendre le streetcar
  • Prendre un verre à House of Blues
  • Voir le Tree of Life
  • Dîner au Arnaud’s Jazz Cafe

 

 

Aspects pratiques

 

Climat – la Nouvelle-Orléans en janvier

 

Souvenez-vous que nous venions de New York où le mois de janvier affiche des températures dignes de la banquise. Alors évidemment, pour nous, il faisait presque chaud à la Nouvelle Orléans. En réalité, on endure quand même son manteau : il fait doux mais pas chaud non plus. C’est une température assez idéale en fait, qui permet de se promener sans souffrir de la chaleur. Un couple d’amis qui ont fait sensiblement le même voyage en juin ont beaucoup moins apprécié que nous, en raison de températures très élevées et de la forte humidité. Je recommande donc la Nouvelle Orléans plutôt en hiver. 

Conseil : Essayez de regarder la météo au jour le jour. Comme ça, vous pouvez anticiper les journées moins sympas ou de pluie pour programmer les musées. C’est ce que nous avons fait et, de cette façon, nous n’avons perdu aucune minute de ce cours séjour.

 

Où manger ? 

 
French Quarter

 

SoBou

SoBou c’est vraiment bouhouuu !!! (désolé pour le mauvais jeu de mots mais je n’ai pas pu résister). Très décevant côté nourriture et le personnel était franchement désagréable.

Croissant d’Or

Pour le petit-déjeuner. Monsieur Chéri a aimé mais j’étais pour ma part moins emballée. Ça passe, côté viennoiserie, sans rien d’exceptionnel. Le lieu est en revanche assez intéressant en lui-même : un vestige d’un autre temps … 

617 Ursulines Ave.

Green Goddess

Nous y sommes allés pour le déjeuner sur recommandation du Lonely Planet et nous sommes faits avoir. L’endroit est petit, sombre, pas toujours clean et non aéré. En gros, vous déjeunez dans un nuage de fumée et macérez dans les odeurs de grill qui vont avec. Nos manteaux ont dû aller au pressing en rentrant tellement ils empestaient. Quant à ma salade, hors de prix pour quasiment rien dedans : une (très mauvaise) blague !

307 Exchange Place

Arnaud’s Jazz Bistro

Super soirée ! Sur Bourbon Street, en face de notre hôtel. Comme je le mentionnais, la nourriture est bonne et le trio de jazz donne au dîner une tonalité particulière. Les musiciens sont dans un coin du restaurant et se baladent ensuite régulièrement de table en table, jouant les morceaux que les clients leur réclament. Hyper romantique. Une participation de quelques dollars est automatiquement facturée avec le repas mais ça les vaut. 

Conseils : Soyez originaux et pensez à une chanson qui n’est PAS « What a wonderful world ». Elle a été demandée au moins quatre fois et au bout d’un moment, trop c’est trop. Deuxième conseil : essayez les Soufflé Potatoes. La légende veut qu’elles aient été inventées par erreur par un cuisinier du roi Louis Philippe. Surprenantes !

813 Rue Bienville, New Orleans

 

 

Central Business District

 

August

Pour un dîner romantique au calme. Le restaurant se trouve à une quinzaine de minutes à pied du quartier français. Ca se veut « français » et la nourriture était bonne. Rien d’exceptionnel ceci dit et plutôt cher par rapport à d’autres endroits. Un lieu à connaitre si vous fêtez quelque chose de spécial car c’est ce que nous avons trouvé de plus élégant.

301 Tchoupitoulas St.

 

Garden district
 

Surrey’s Juice Bar 

Nous avons adoré Surrey’s Juice Bar, où nous avons brunché. Le menu est, comme disent les américains, « décadent », c’est-à-dire que vous prenez automatiquement deux kilos rien qu’en le parcourant. Trop bon ! Le staff est accueillant et détendu et l’ambiance diner vraiment sympa. C’est de surcroît l’endroit idéal pour commencer votre parcours à la découverte du Garden District  

1418 Magazine St.

 
 

Où prendre un verre ?

 

House of Blues

GÉNIAL ! Comme je le disais plus haut, l’endroit se trouve dans une allée. Musique live dans un lieu détendu à l’ambiance unique. Nous y sommes restés une bonne heure et avons vraiment aimé.

225 Decatur St. 

 
 
 
 

 

Jean Laffitte Old Absinthe Bar

L’endroit a l’air totalement délabré mais ne pas se fier aux apparences. En fait, l’ambiance est top. Nous y avons pris un verre devant un feu de cheminée.

240 Bourbon St.

 

Où dormir ?

 

Royal Sonesta New Orleans

Les chambres sont modernes, confortables et propres. Mais le vrai plus c’est l’emplacement imbattable. Nous avons tout fait à pied ou presque, car l’hôtel est situé au milieu de l’excitation de Bourbon Street. En gros, deux rues du quartier français concentrent toute l’attention et l’intérêt : Royal St. et Bourbon St. Vous êtes en plein sur Bourbon, à même pas dix minutes de Jackson Square. Un très bon rapport qualité/prix hors saison.
Conseil : Demandez (voire exigez) une chambre qui ne donne pas sur la rue si vous voulez dormir. Bourbon Street c’est aussi musique et alcool sur la voie publique jusqu’à des heures avancées.  

300 Bourbon St.

 

Lobby

Une petite partie de l’hôtel vue de l’extérieur. Il est en réalité très grand.

 

Se déplacer

 

Oui, ils ont Uber à la Nouvelle-Orléans. Mais honnêtement, vous pouvez tout faire à pied et en streetcar sans difficulté.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.