Grand Prix des Lectrices Elle | Lectures

Anatomie d’un scandale : un bijou signé Sarah Vaughan

20 janvier 2019

Attention, coup de coeur … pour ce page turner bien écrit et très intelligemment abordé qui nous en dit long sur notre époque.  Je vous parle du dernier livre de Sarah Vaughan : Anatomie d’un scandale, publié chez Préludes. Un thriller psychologique sulfureux et très actuel qui nous mène des couloirs de Westminster au campus de l’Université d’Oxford …

 

Pourquoi ce livre ?

 

J’ai lu ce livre pour le Grand Prix des Lectrices Elle 2019Anatomie d’un scandale faisait partie des deux romans sélectionnés dans la catégorie « policier » que devait lire mon jury, celui de mars. Entre le 24 décembre et le 23 janvier, je devais lire sept livres. Nos commentaires et notes sont particulièrement importants car ils détermineront quel roman, quel policier et quel document seront relus par nos camarades des autres jurys. Bref, nous sommes aux manettes de ce premier tour. 

 

Quatrième de couverture

 

« Kate vient de se voir confier l’affaire de sa vie, celle qui accuse l’un des hommes les plus proches du pouvoir d’un terrible crime. Kate doit faire condamner James Whitehouse. Sophie adore son mari, James. Elle est prête à tout pour l’aider et préserver sa famille. Sophie doit trouver la force de continuer comme avant.
Comme avant, vraiment ? Quels sombres secrets dissimule le scandale, et à quel jeu se livrent réellement ces deux femmes et cet homme ».

 

Ça raconte quoi ?

 

La quatrième de couverture ne rend pas justice à la complexité et à la profondeur de ce récit marquant. Lorsqu’un ministre en exercice est accusé de viol sur l’une de ses collaboratrices, sa vie bascule dans le scandale et son mariage menace de voler en éclats. Vengeance d’une maîtresse éconduite ou véritable viol ? Kate, avocate pugnace et déterminée, cherche à tout mettre en oeuvre pour mettre cet homme hors d’état de nuire et lui faire payer son crime. Sophie, sa femme, cherche à préserver la famille qu’elle a construite et se convainc de son innocence. Le monde politique, en émoi, cherche à protéger l’un des siens. Mais le pourra t-il longtemps face au passé qui ressurgit ? Quand les masques tomberont, qui gagnera, qui paiera ? 

Ce livre, c’est beaucoup de thèmes abordés : la toute puissance de l’homme politique et le sentiment d’impunité qui va avec, le mensonge, les trahisons, l’acharnement, la vengeance, l’amour conjugal, la difficulté de juger les affaires de moeurs ou encore une critique de l’élitisme. Sarah Vaughan s’attaque aussi à l’examen délicat de la délicate frontière qui sépare un acte sexuel d’un viol. Un thème très actuel et une réflexion nécessaire. Le lecteur est pris pour témoin de cette difficulté de discerner les faits et hésite, tout au long du livre, entre croire la victime présumée et son bourreau présumé. L’occasion d’une prise de conscience utile.

L’histoire est située en Angleterre. Le climat froid et grisâtre est le décor parfait pour cette histoire, toute en nuances de gris.

 

Les 100 premières pages …

 

Retour sur mes premières impressions… Le lecteur est très facilement happé dans l’histoire. Le style est précis et agréable et il stimule l’imaginaire de sorte qu’on a le sentiment de voir les scènes se dérouler comme dans un film. L’alternance des deux points de vue, celui de Kate et celui de Sophie est particulièrement intelligent. À aucun moment, le lecteur ne sait avec certitude ce qu’il doit penser. Bref, c’est un livre que l’on ne peut lâcher.

 

Et le style dans tout ça ?

 

Je n’avais jamais lu Sarah Vaughan. Si son style n’est pas inoubliable (chapeau bas à l’excellent travail de traduction néanmoins), j’ai été conquise par le rythme qu’elle impose à son récit. Accrochée dès les premières pages, j’ai dévoré ce livre avec un plaisir réel. Mais la vraie force de l’écriture de Sarah Vaughan, c’est la nuance. Jamais elle ne tombe dans l’excès, dans les lieux communs ou la caricature facile. Le lecteur change maintes fois d’attitude face aux personnages, à mesure que ceux-ci révèlent les diverses facettes de leur personnalité. Quant à cette affaire que d’aucuns auraient pu traiter d’une manière manichéenne en opposant les bons et les mauvais, elle livre page après page toute sa complexité et son relief. Entre perceptions et réalité, le lecteur oscille, hésite, se positionne, s’offusque…

Comme dans la vie. 

 

Verdict

 

Voilà enfin un livre qui porte bien son titre. Dans cet ouvrage passionnant et cadencé, Sarah Vaughan dissèque avec une immense habilité le scandale et les sentiments. Sa source, ses contours, ses ressorts, ses implications, la manière dont il est abordé par la justice, les médias, les parties prenantes, le monde politique et l’opinion publique. Elle plonge également dans l’anatomie de la crise de couple avec beaucoup de finesse. Jusqu’à quel point peut-on accepter de se sacrifier pour l’autre ? Sur quoi repose la confiance ? Comment gérer le doute quand il s’installe ? Et où se situe la vérité ?

Bref, j’ai tout aimé !  La puissance des messages véhiculés par ce livre, la finesse de la psychologie des personnages, l’immersion dans le procès – huis clos puissant et crédible vécu à travers le ressenti de l’accusation – cette ambiance so british, jusqu’à cette la douloureuse prise de conscience qui fait émerger du brouillard des illusions et bousculer vers l’horreur de la réalité.

 

Pour qui ?

 

Plutôt un public adulte. 

 

Que lire de cet auteur ?

 

  • Je souhaiterais lire La ferme du bout du monde. Je vous en reparle. 
  

* * * *

Lu en décembre 2018

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *