Lectures

Le chant du perroquet de Charline Malaval : l’âme vibrante du Brésil

14 mai 2021

C’est au Brésil que je vous emmène avec cette nouvelle chronique. J’ai en effet lu Le chant du perroquet de Charline Malaval, auteur que je découvrais avec ce livre. Un très beau voyage et une histoire d’amour dans le Brésil des années 60. Le livre est publié chez Préludes et je vous le recommande.

 

Pourquoi ce livre ? 

 

Dès la quatrième de couverture, Le chant du Perroquet offre la promesse d’un voyage à la découverte du Brésil des années 60. Un pays dont je ne connais presque rien. Tout était donc à découvrir et c’est avec plaisir que je me suis lancée dans ce livre, que les Éditions Préludes avaient si gentiment mis sur ma route. Par curiosité et parce que j’aime les romans où se mêlent petite et grande histoire. Par besoin d’évasion en ces temps de confinement aussi !

  

Ça raconte quoi ? 

 

La quatrième de couverture dit tout. Le chant du Perroquetc’est en effet l’histoire d’une rencontre entre un journaliste Tiago et son voisin de palier Fabiano, dans des conditions particulières. La curiosité pousse Tiago à interroger son voisin lors d’entretiens réguliers sur le passé de celui-ci. Et notamment sur son histoire d’amour avec Josefa, que Fabiano aima et qui disparut un jour sans laisser de trace. Une disparition qui titille particulièrement l’instinct journalistique de Tiago, qui n’est pas au bout de ses découvertes.

Le chant du Perroquet est aussi, et peut être surtout, une balade entre le Brésil d’hier et d’aujourd’hui, sur des airs de bossa nova. On y assiste à la construction de Brasilia, à l’émergence de contestations sociales et à l’implacable répression qui fit vivre de bien sombres heures au pays.

 

La quatrième de couverture

 

 

Et le style dans tout ça ? 

 

Vraiment plaisant et accessible. J’ai aimé que les aspects historiques soient si subtilement amenés. Charline Malaval ne tombe pas dans l’écueil des descriptions à rallonge ou des développements historiques qui noient le propos principal. La grande et la petite histoire se répondent bien. Les chapitres ne sont ni trop courts, ni trop longs.

 

Verdict 

 

Du Brésil, je ne connaissais rien ou si peu. Le chant du perroquet m’aura propulsée plusieurs décennies en arrière, à une époque qui a forgé l’âme de ce pays. La construction du Brésil moderne. Quelle belle découverte que ce voyage envoûtant !

Car c’est bien la dimension historique qui m’a séduite dans ce livre. Une histoire joliment narrée, sans longueurs ni développements rébarbatifs, accessible y compris aux néophytes. J’ai aimé découvrir le Brésil des années 60 à travers l’histoire émouvante de Fabiano et Josefa qui, à elle seule, aurait suffi à constituer un merveilleux roman.

L’auteur a toutefois choisi l’alternance du passé et du présent pour faire progresser son histoire. C’est un choix intelligent qui apporte du recul sur l’histoire et permet de questionner la véracité des témoignages et des faits dont il est question. Le personnage de Tiago joue ainsi un rôle essentiel pour le réexamen de ce passé, même si sa naïveté m’a parfois fait soupirer.

Parmi les pages les plus réussies, je retiendrai celles consacrées à la musique brésilienne. Son rôle social, son évolution, la manière dont elle est transmise, les émotions qu’elle procure. Des pages vibrantes, émouvantes qui, là encore, permettent de comprendre les ressorts de l’identité brésilienne.

Mention spéciale pour la playlist préparée par l’auteur et que l’on retrouve à la fin du livre. J’ai adoré me mettre au diapason de Charline Malaval en écoutant les morceaux qui ont inspiré l’écriture des pages de son roman. Une immersion multi-sensorielle que j’ai beaucoup appréciée. Comme l’auteur le disait elle-même : ne manquaient plus que les caipirinhas pour compléter ce voyage des sens !

 

Pour qui ? 

 

Je ne peux que vous recommander chaudement la lecture du Chant du Perroquet si, comme moi, vous aimez les romans qui mêlent petite et grande histoire. Si vous aimez voyager dans le temps et l’espace, voici un livre qui devrait vous enthousiasmer. En ce qui me concerne, j’ai beaucoup appris. J’ai été dépaysée et ai passé un excellent moment de lecture. Le Chant du Perroquet plaira aussi aux férus de musique, et à ceux qui aiment les histoires avec un twist final.

Lu à Saint Germain en Laye – Avril 2021

* * * *

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.