Lectures

Tout va très bien Madame la Comtesse de Francesco Muzzopappa : un livre décalé

25 mai 2018

Décalé, déjanté, complètement improbable … Voilà ce que je retiendrai de ma lecture de Tout va très bien, madame la Comtesse. Un roman de l’italien Francesco Muzzopappa, publié chez J’ai lu.

 

Pourquoi ce livre ?

 

J’ai lu ce livre sur injonction de ma mère. Elle s’était tellement amusée en lisant cette histoire, qu’elle a à tout prix souhaité la partager avec moi. Merci à elle de m’avoir fait découvrir un livre que je n’aurais jamais lu de moi-même. Comme quoi, il est souvent bon de sortir de sa zone de confort. 

 

Ça raconte quoi ?

 

Turin (encore ! cette fois-ci, je ne l’ai pas fait exprès), de nos jours. Une aristocrate, veuve et désargentée, contemple le champ de ruines de sa gloire passée. Aux restrictions du quotidien, s’ajoute un fils dépensier, qui ne brille pas par son intelligence. Lorsque celui-ci se fiance avec une bimbo siliconée et chasseuse de fortune, tout dérape. Le lecteur est alors entraîné dans l’enchaînement rocambolesque et improbable des événements. La comtesse, cet être implacable et cynique, aura t-elle le ressort nécessaire pour assurer sa propre survie ? 

 

  

Quatrième de couverture

 

« La comtesse Maria Vittoria dal Pozzo della Cisterna est effondrée : elle a dû se séparer de la quasi-totalité de ses domestiques et la voilà réduite à faire ses propres courses au supermarché. Tout ça à cause d’un fils, beau comme un dieu et bête comme une huître, qui a jugé malin d’offrir le dernier joyau familial à une starlette décérébrée. Pour sortir de ce pétrin, il va falloir faire preuve d’imagination… »

 

Et le style ?

 

Amusant, enlevé, léger et fluide. Ce livre se lit vite. Chapitres courts, aucune longueur : le rythme est excellent.  

 

Verdict

 

Me suis-je divertie à la lecture de ce livre ? Oui, certainement. Après plusieurs livres assez sombres, ou traitant de sujets pas forcément marrants, celui-ci a été pour moi une sympathique respiration. Je l’avoue, j’ai beaucoup souri. Les pages se tournent toutes seules et on passe un moment léger. C’est un livre facile et distrayant. Donc, mission remplie de ce côté là. 

Maintenant, j’ai eu un petit problème avec ce livre. Pour moi, l’histoire n’est pas crédible. Pire, le personnage principal l’est encore moins. Une aristocrate sexagénaire du Piémont n’aurait ni ce language, ni même cette manière de penser. Il y a un décalage dans les propos utilisés et dans l’attitude, tant par rapport à sa condition que par rapport à son âge. Bref, j’ai peiné à adhérer (au moins pendant les premiers chapitres), en raison de ce problème de crédibilité. D’ailleurs, l’auteur le confesse à demi-mot dans la « note de l’auteur » en fin d’ouvrage. 

Ça n’enlève rien au côté marrant du livre et au plaisir de parcourir cette histoire décalée, cynique et parfois même tendre.  Donc, mon conseil : prendre ce livre seulement pour ce qu’il est. Une petite parenthèse de 250 pages, un peu loufoque pour vous détendre. Rien de plus. 

   

Pour qui ?

 

Tout public

 

Titre original : Affari di famiglia

Traductrice : Marianne Faurobert

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.