Lectures

Zen de Maxence Fermine: un conte sensoriel et poétique

16 juin 2018

Je vous propose une plongée dans l’univers d’un maître de la calligraphie au Japon. Zen, le conte de Maxence Fermine, est une sublime parenthèse sensorielle. À découvrir absolument aux Éditions Michel Lafon.

 

Pourquoi ce livre ?

 

Un pur hasard. C’est la bibliothécaire qui me l’a mis dans les mains. Ma curiosité grandissante pour le Japon et la 4e de couverture m’ont convaincue en l’espace d’une demi-seconde.

 

Ça raconte quoi ?

 

On lit plus ce livre pour l’ambiance et les sensations que pour l’histoire elle-même. Celle-ci est somme toute assez banale et secondaire. Lire Zen, c’est entrer dans l’intimité de Kuro, maître dans l’art de la calligraphie. Un peu ermite, Kuro vit retiré dans les bois. Il est tout entier voué à son art, qui requiert concentration, application et précision. Le jour où paraît Yuna, une élève prometteuse, le délicat et subtil équilibre de son quotidien est alors bouleversé…

 

Quatrième de couverture

 

« Chaque jour, de l’aube au crépuscule, Maître Kuro pratique l’art subtil de la calligraphie. Une activité mêlant la peinture à l’écriture dont la frontière est si ténue qu’elle en paraît invisible. »
Le jour où la jeune Yuna, une calligraphe prodige, le sollicite pour apprendre à parfaire son art, Maître Kuro hésite. Celle qui se rêve son élève sera-t-elle à la hauteur de ce qu’un tel enseignement exige ? Convaincu par sa sincérité et sa motivation, il fait d’elle sa disciple, lui imposant un quotidien de sacrifices et d’exigence à la recherche de l’harmonie et de l’équilibre parfaits : la voie du zen, clef de la maîtrise de leur art. Mais au fil des saisons, la proximité des deux êtres éveille en eux une sensualité qu’ils n’osent pas s’avouer »

 

Et le style ?

 

Les chapitres sont très courts et les phrases courtes et puissantes. Mais aussi infiniment délicates. Chaque mot est choisi avec justesse et précision. Le tout est fluide et extrêmement agréable à lire. Bref, je suis conquise par la beauté du style.

 

Verdict

 

Sensoriel et poétique sont les deux adjectifs qui me viennent à l’esprit pour vous raconter mon expérience de lecture de Zen. Sensoriel pour l’effet qu’il procure et poétique pour l’écriture et le choix des mots. Vraiment un véritable coup de coeur !

Ce petit bouquin devrait être remboursé par la sécurité sociale ! Il vous plonge immédiatement dans un univers apaisant et procure un relâchement intense. Une paix intérieure même. Il est assez rare qu’un texte convoque ainsi vos 5 sens. On entend, on sent, on voit, on touche, on goûte … bref, on vit pleinement chaque ligne de ce joli conte.

Et puis, c’est un livre qui, comme Le bureau des jardins et des étangs avant lui, me donne décidément très envie de découvrir le Japon ! Une promesse d’évasion …

Pour qui ?

 

Tout public. Même ceux qui lisent peu, car le livre se lit en moins d’une heure.

 

Que lire de cet auteur ?

 

Ce livre m’a vraiment donné envie de découvrir son auteur. J’ai donc mis « Neige » en bonne place sur ma liste de livres à lire. Promis, je viendrai bientôt vous en parler.

 

* * * * *

Lu en juin 2018 – Paris

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.