Envie d'Italie | Venise

Venise : un weekend au rythme du carnaval

5 juillet 2017

Retour sur une expérience incroyable à vivre si vous n’êtes pas agoraphobe … Deux jours à Venise pendant le carnaval !  Il y a quelques années, je sortais de quelques mois difficiles et ma petite maman également. Ni une ni deux, c’est donc sur un coup de tête que nous avons décidé de partir en weekend pour nous rebooster.

 

À l’assaut de la Sérénissime !

Venise est d’une beauté intemporelle qui ne peut laisser insensible. Un tourbillon de couleurs, de reflets et d’ombres, de jardins cachés et de dédales charmants. Sans oublier les ponts, de toutes les tailles et types de construction qui relient les quartiers entre eux.

C’est époustouflant ! Jugez-plutôt …

 

 

Vivre le Carnaval …

« Venise, c’est romantique ! », me direz-vous. Oui mais pas que ! Car pendant le Carnevale (qui s’étend sur deux semaines en début d’année), le romantisme cède la place à la fête et à l’amusement.

Alors évidemment il y a deux manières de vivre le carnaval.  Vous pouvez venir en touriste spectateur ou vivre le carnaval de l’intérieur, comme protagoniste. Nous avons opté pour la seconde option. Nous avions loué une cape de couleur noir/argent avant de partir (plus économique), et prévu quelques accessoires à rajouter à une tenue noire toute simple (et relativement chaude, février oblige !). Côté masque, j’avais acheté le mien – qui était sublime et a fait son petit effet – sur l’île Saint Louis à Paris, dans une boutique spécialisée : il Campiello.

Se costumer à Venise pendant le carnaval c’est comme gravir le tapis rouge du Palais des Festivals à Cannes : tout le monde vous regarde et se précipite pour vous prendre en photo. Et franchement c’est assez drôle (surtout quand vos compatriotes français vous prennent pour des locaux et s’essaient à un italien très approximatif — que je suis méchante !) Quelques-uns de mes clichés favoris …

 

 

Il ne faut pourtant pas croire que l’expérience se limite aux déambulations dans la ville. Non, chaque weekend du carnaval a son lot d’évènements et de traditions. La plus extraordinaire étant, à mon sens, le Volo dell’Angelo (vol de l’ange), au cours duquel la Colombina s’envole du haut du campanile de la Piazza San Marco au dessus de la foule. A ne pas manquer ! Tout comme la Festa delle Marie, généralement le même weekend.

 

 

En attendant, pourquoi ne pas s’installer à une terrasse de la place San Marc et y déguster un délicieux cappuccino ?

 

 

Etre préparé(e) à affronter une marée humaine

 

Il est en effet préférable de venir tôt pour pouvoir accéder et avoir un point de vue décent sur les évènements. Car Venise pendant le carnaval c’est aussi ça … Et encore, imaginez-vous ce que ça peut donner dans les ruelles étroites …

 

 

La place en elle-même est magnifique avec ses facades et peintures murales. Mais mieux vaut venir la veille en soirée, quand le soleil se couche et que la place n’est pas bondée pour véritablement l’apprécier. De manière générale, Venise redevient merveilleuse quand tout le monde dîne ou dort et que les hordes de touristes ont regagné leurs bateaux. J’en profite ici pour m’associer pleinement à tous ceux qui se battent pour les paquebots de croisière n’aient plus accès à la lagune. Leur présence met en péril toutes les beautés dont regorge encore Venise quand il faudrait tout faire pour les préserver.

 

 

Gondola, gondola !

 

J’ai comme beaucoup de gens horreur des expériences trop touristiques, de faire exactement le même voyage que tout le monde et de céder au cliché (la plupart du temps en tout cas !) Alors évidemment, me faire apostropher à chaque pont pour faire un tour en gondole (de surcroît assez cher), m’a profondément agacée. Mais ma mère insistant et le coucher de soleil approchant, j’avoue … j’ai cédé … et j’ai vraiment bien fait !

Venise par ses canaux est vraiment magique. Ceux qui me lisent régulièrement savent que je suis une obsessionnelle de la lumière et c’est depuis une gondole que j’ai été témoin du meilleur spectacle en la matière. Illustration  …

 

 S’y rendre depuis la France

Facile et rapide, l’offre de vols est abondante. Attention toutefois car les vols sont pris d’assaut pendant le carnaval. Nous avons dû hélas nous rabattre sur un Ryanair Beauvais-Trévise. Ça se fait assez bien avec les fameux bus Ryanair mais ça allonge quand même le temps de trajet total. Sur place, nous avons tout fait à pied très facilement.

 

Où se loger ? 

Nous avions réservé à la dernière minute un petit hôtel sans prétention : l’hôtel Tivoli. À l’époque c’était un peu vieillot mais le rapport qualité/prix était honnête et nous étions à 5 à 10 minutes de tout à pied.

 

Où manger ? 

Côté restauration, le weekend fut une pure catastrophe. Si c’était à refaire, je ferais ce que je fais systématiquement depuis, à savoir faire des recherches en amont. Pour faire court : pas un seul resto n’était à la hauteur de ce que l’on est en droit d’attendre en Italie. Je n’en recommanderai donc aucun. Mon pire souvenir reste un plat de pâtes immangeable sur le Grand Canal. Méfiance donc ! Un bon conseil, préférez les restaurants plus discrets, à l’écart des grands axes touristiques et fréquentés par les locaux.

 

Que lire à Venise ?

Pour pas Les enfants de Venisede Luca di Fulvio ?

 

* * * * *

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.