Bourgogne | Voyages | Weekend en France

Bourgogne : de la cave des hospices de Beaune à Verdun-sur-le-Doubs

26 novembre 2017

Premières étapes de notre weekend en Bourgogne, nous vous faisons revivre notre visite de la Cave des Hospices de Beaune, notre promenade dans le vignoble des Côtes de Beaune et notre mémorable déjeuner à Verdun-sur-Doubs

 

* * * * * 

 

7:00 : Réveil et petit déjeuner pour notre belle tablée de 9 personnes. Le bourguignon du groupe, et accessoirement grand connaisseur en matière de vins nous a briéfés sur la journée et nous nous sommes mis en route. Direction le centre ville de Beaune pour une première dégustation.

 

Première étape : dégustation du millésime 2017 dans la cave des hospices civils de Beaune

 

8h30 : Il y a déjà foule devant la cave des hospices civils de Beaune ! Nous avons eu de la chance car à 15 personnes près, ils fermaient les portes derrière nous. En effet, le nombre d’entrées est limité donc soyez prévoyants !

 
 
 

 

Ouverte seulement deux jours par an le weekend de la vente des vins aux enchères, cette cave abrite un vrai trésor. En effet, dans ces caves, une succession de « pièces » (comprendre de tonneau de 228L) contient le millésime de l’année de 61ha de parcelles de vigne dont il a été fait don aux hospices. En y allant suffisamment tôt, nous avons pu non seulement voir cette cave mais également déguster le millésime 2017 sur plusieurs appellations. Le même qui est mis aux enchères le lendemain. C’est assez fou mais un vin vieux de deux mois donne déjà très nettement le ton. On sent déjà en bouche les vins qui vont être fantastiques.

Ca se passe d’une manière assez simple… Munis de votre verre, vous avancez de pièce en pièce et l’on vous sert.

  

 
 

Vous goûtez, vous crachez (enfin pas toujours !) et vous passez au suivant. D’abord les rouges, puis les blancs. Notre ami bourguignon étant très au fait des traditions, il nous avait acheté un sac de gougères au fromage chacun. Elles se dégustent entre deux verres pour ramener un peu de neutralité dans le palais (et pour éviter d’avoir la tête qui tourne).  Si vous n’êtes pas aussi prévoyants, vous pouvez toujours en acheter sur place.

 

 
 
 
 

En sortant de la cave, on tombe sur une cour et un jardin magnifiques. Et sur des bâtisses à l’architecture tout à fait typique de Beaune avec ses toits vernissées. 

 

 
 
 

 

Deuxième étape : roadtrip à travers le vignoble des Côtes de Beaune

 

11h15 : Après cette incroyable entrée en matière, direction la voiture. Nous quittons Beaune pour nous diriger vers le sud. Nous entrons au pays des Côtes de Beaune. Il y a Pommard, puis Volnay, puis Meursault. À chaque village, de jolies maisons en vieilles pierres. Et entre chaque village, des parcelles de vigne entourées de murets. Nous nous arrêtons un instant pour descendre de voiture et profiter de ce paysage. Il y a quelques semaines, ce devait être magnifique avec les couleurs d’automne. Là, c’est un peu triste sous la grisaille de novembre. Mais bien vite le goût sucré du verjus, ces grapes laissées sur les plans ravit les palais et réchauffe les coeurs.

 
 
 

 
 

Ici, un arrêt dans l’adorable bourg de Meursault …

 
 
 
 
 

Troisième étape : un plongeon dans la gastronomie locale à Verdun-sur-le Doubs

 

Ahhhh Verdun-sur-le-Doubs… Quel adorable petit village ! Situé à la confluence de trois rivières : Saône, Doubs et Dheune et à 25 km au sud-est de Meursault, il a été jadis référencé parmi les plus beaux villages de France. Entre nuages sombres et éclaircies, il se dégage de cet endroit quelque chose d’incroyablement beau et puissant.

 
 
 
 
 

Notre bourguignon préféré a tenu à faire de ce weekend une grande expérience de découverte des spécialités locales. Il avait réservé pour nous une table au restaurant Le Caveau de Verdun, dans une petite ruelle. Pour l’entrée, nous avions le choix entre escargots de Bourgogne, oeufs meurette ou jambon persillé. Ces trois plats sont totalement typiques du coin et assez connus au-delà des frontières de la Bourgogne.

 

 
 
 

Par contre, le plat de résistance fut une découverte ! Nous avons goûté la traditionnelle pôchouse verdunoise. Elle est née ici, à Verdun-sur-le-Doubs, il a des générations. Sa recette se transmet de mère en fille et sa défense est assurée par une confrérie locale : la confrérie de la pôchouse. Il s’agit d’un plat à base de poissons gras et maigres, présenté comme ci-dessous. Située à la confluence de trois rivières, l’endroit est un spot idéal pour les pêcheurs et les poissons y sont abondants. Je n’en trahirai pas la recette mais c’est excellent. J’ai adoré cet endroit simple et authentique. On sent les propriétaires passionnés par leur région et sa gastronomie et heureux de partager tout cela avec les clients. Un belle générosité ! Je recommande ce restaurant : c’est bon, c’est chaleureux et nous y avons passé un très agréable moment.

 
 

 

Et après ?

 

Au terme de ce repas copieux, nous avons fait quelque pas dans le village.

 
 
 
 

Puis retour à Beaune pour une visite des hospices de Beaune, plus particulièrement du sublime Hôtel Dieu. Suivez-nous ! La suite, c’est par ici…

Pour le programme complet et l’itinéraire de notre weekend en Bourgogne, c’est en revanche ici.

 
 
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *