Lectures

Le brasier : Vincent Hauuy transforme l’essai

24 août 2018

Âmes sensibles, passez votre chemin ! En effet, il vous faudra avoir un estomac bien accroché pour parcourir ces pages, publiées chez Hugo Thriller, parce que ça décape …

Le brasier est un super polar dans lequel on retrouve les personnages que nous avions quitté en tournant, à regret, la dernière page du Tricycle Rouge. La qualité d’écriture et la puissance de la narration sont également de retour. Pour notre plus grand plaisir !

Essai transformé, donc, pour ce second opus !

 

Pourquoi ce livre ?

 

Parce-que coup de cœur absolu pour Le tricycle rouge au début de l’année. À partir de ce moment là, il était évident que je lirais les prochains romans de Vincent Hauuy. Je ne pouvais tout simplement pas manquer ça !

 

Ça raconte quoi ?

 

Une mystérieuse vague de suicides et de meurtres violents, apparemment isolés, frappe les États-Unis. Quelque part, le père de Sophie Lavallée, est persuadé que sa fille a été assassinée. Il engage son ancien acolyte Noah Wallace, profiler boiteux, amnésique et un peu médium, pour comprendre pourquoi son enfant a été tuée, et surtout par qui. Pourtant Noah ne croit pas à la mort de Sophie et est prêt à tout tenter pour la retrouver. Pour cela, il retrouve la jeune et brillante Clémence Leduc, casse-cou abîmée par la vie, qu’il parvient à convaincre de l’aider. Ensemble, ils se lancent dans une enquête dont ils ne mesurent pas encore la dangerosité. Sur leur chemin, la mafia russe, des agents secrets, hackers et autres tueurs à gage … Parviendront-ils à retrouver Sophie vivante ? Mais à quel prix ? Embarquez pour un voyage mouvementé jusqu’à l’antichambre de l’enfer.

Et non, vous n’en saurez pas plus …

 

Quatrième de couverture

 

Quand le général Lavallée engage Noah Wallace pour retrouver les assassins de sa fille Sophie, le profiler refuse de croire à sa mort. 

Persuadé que la jeune blogueuse est en danger, mais vivante, il accepte la mission et mène l’enquête avec Clémence Leduc, sa troublante partenaire. Mais tous deux vont très vite se rendre compte que les ramifications de cette disparition sont beaucoup plus vastes qu’il n’y paraît et pourraient être liées à la récente vague de meurtres et de suicides inexpliqués qui frappent l’ensemble du territoire américain. 

Hanté par les visions d’un petit garçon sans visage et d’un brasier d’où s’échappent des cris d’effroi, Noah va se retrouver au coeur d’une investigation menée tambour battant mais qui le mènera aux portes de la folie.

 

Et le style ?

 

Si vous avez lu ma chronique sur Le tricycle rouge, et peut-être le livre lui-même, sachez que vous retrouverez beaucoup de mon avis de l’époque dans celui d’aujourd’hui. Et notamment sur le style.

Je suis toujours impressionnée quand un auteur de polar parvient à me décrocher un « c’est bien écrit en plus ». Souvent, ce genre sacrifie le style au profit de l’intrigue. Chez Vincent Hauuy, ce n’est absolument pas le cas. Ce qui ajoute encore au plaisir de la lecture de ces ouvrages.

 

Verdict

 

Palpitant, terrifiant … Le brasier est une réussite qui confirme le talent de son auteur. Pourtant, j’ai été moins accrochée que par son précédent roman et ai vu davantage venir les rebondissements (sauf un ou deux peut-être).

Donc oui essai transformé, car j’ai passé un bon moment de lecture. Mais à mon avis, légèrement en dessous du Tricycle rouge et quelques passages un peu « déjà vu ».

Bref, je le recommande et lirai bien entendu le prochain livre de cet auteur décidément très prometteur.

 

Pour qui ?

 

Pour un public adultes, et j’insiste là-dessus.

 

Que lire de cet auteur ?

 

24

* * * * *

Commencé à la Baule le 14 juillet 2018 et fini quelques jours plus tard à la maison

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.