Lectures

Les Bourgeois d’Alice Ferney : une traversée mélancolique du 20e siècle

29 décembre 2017

Une fresque familiale à travers les soubresauts du 20e siècle, voici ce qui vous attend avec Les Bourgeois d’Alice Ferney ! Je vous parle de ce roman, qui a marqué la rentrée littéraire 2017 et est publié chez Actes Sud.

 

Pourquoi ce livre ?

 

Si vous me suivez depuis quelques temps déjà, vous savez que j’avais lu et adoré L’élégance des veuvesNaturellement, quand j’ai su qu’un livre de plus de 350 pages et un peu dans la même veine allait sortir, je ne pouvais pas résister !

 

Ça raconte quoi ?

 

Un peu dans la même veine ? En fait, je ne croyais pas si bien dire puisque dès les premières pages, j’ai ressenti comme un étrange sentiment de déjà-vu. Et pour cause ! Les Bourgeois reprend les mêmes personnages que dans l’Elégance des veuvesC’est un peu l’Élégance des veuves, version longue. Cette fois-ci, Alice Ferney ne se limite pas aux personnages féminins mais passe en revue l’ensemble des membres de cette grande famille bourgeoise. Les Bourgeois !

Le pitch …

De nos jours, un homme d’un certain âge décède brutalement d’une crise cardiaque. Il est l’un des dix enfants de Mathilde et Henri. Débutent des allers-retours dans le temps, à la rencontre de chaque membre de la famille et de leur progéniture respective. On suit leur trajectoire, leurs rêves, les temps forts de leur existence, la manière dont ils ont vécu les évènements qui ont émaillés le siècle.

Donc, ne vous attendez pas à des rebondissements ni à du mystère. Car ce que ce livre raconte, c’est le passage sur terre des membres d’une famille. En gros, la vie dans ce qu’elle a de plus banal et de plus authentique, dans le bon comme le mauvais.

 

Quatrième de couverture

 

« Ils se nomment Bourgeois et leur patronyme est aussi un mode de vie. Ils sont huit frères et deux soeurs, nés à Paris entre 1920 et 1940, qui grandissent dans la trace de la Grande Guerre et les prémices de la seconde. Aux places favorites de la société bourgeoise – l’armée, la marine, la médecine, le barreau, les affaires –, ils sont partie prenante des événements historiques et des évolutions sociales. De la décolonisation à l’après-Mai 68, leurs existences embrassent toute une époque. La marche du monde ne décourage jamais leur déploiement.
De Jules l’aîné à Marie la dernière, l’apparition et la disparition des personnages, leurs aspirations et leurs engagements rythment la formidable horlogerie de ce roman très différent d’une simple saga familiale. Car c’est ici le siècle qui se trouve reconstruit par brèves séquences discontinues, telle une vaste mosaïque où progressivement se détachent les portraits des dix membres de la fratrie – et un peu leurs aïeux, et déjà leurs enfants.
Sur cette vertigineuse ronde du temps, Alice Ferney pose un regard de romancière et d’historienne. À hauteur de contemporain elle refait la traversée. Allant sans cesse du singulier au collectif, du destin individuel à l’épopée nationale, elle donne à voir l’Histoire en train de se faire, les erreurs, les silences coupables, les choix erronés qu’explique la confusion du présent. Ample et captivant, Les Bourgeois s’avère ainsi une redoutable analyse de nos racines : un livre qui passe tout un siècle français au tamis du roman familial ».    

 

Et le style dans tout ça ?

 

J’aime toujours autant le style délicat d’Alice Ferney. Même si dans ce livre il y a quelques longueurs, le livre se lit facilement et l’écriture est toujours aussi plaisante.

Verdict

 

Autant le dire … Aussi beau et touchant que soit ce livre, il m’a fichu un sacré coup au moral. Cette évocation de la grande ronde de la vie, du temps qui passe et de la finitude de chaque être m’a donné le spleen.

En revanche, j’ai beaucoup aimé la manière dont Alice Ferney mélange la petite et la grande histoire. C’est-à-dire, le quotidien de cette famille bourgeoise avec l’histoire du XXe siècle. C’est vraiment subtilement fait. Un grand bravo à Alice Ferney qui nous offre un panorama très complet de l’évolution des enjeux politiques, sociaux et sociétaux en France.

Et donc, je le recommande ? Oui, et malgré les petits bémols que j’ai mentionnés.

Pour quel public ?

 

Tout public

 

Que lire d’autre de cet auteur ?

 

  • L’élégance des veuves 
  • Dans la guerre (chronique à venir)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.