Grand Prix des Lectrices Elle | Lectures

Grand Prix des Lectrices Elle 2019: mon avis sur la sélection d’octobre

26 octobre 2018

Ce mois-ci, on monte clairement d’un cran dans les livres qui ont été choisis dans cette sélection d’octobre. Beau travail, vraiment ! Et merci au jury d’octobre !

Au programme : un premier roman percutant et très réussi, un récit absolument bouleversant d’une saoudienne ayant réussir à fuir l’oppression religieuse et sociale dans son pays et un polar un peu inclassable.

 

La sélection d’octobre

 

  • La vraie vie d’Adeline Dieudonné – Catégorie Roman
  • Rivière Tremblante d’Andrée Michaud – Catégorie Policier
  • Ici les femmes ne rêvent pas de Rana Ahmad – Catégorie Document

 

Verdict

 

Pourquoi j’ai beaucoup aimé Ici les femmes ne rêvent pas

 

En Arabie Saoudite, Rana grandit au sein d’une famille aimante et ne manque de rien. Chaque été, elle se rend en Syrie. Là-bas, les règles sont moins strictes et la fillette jouit d’une relative liberté d’aller et de venir. Le jour où son père lui offre un vélo, Rana exulte. Sur son vélo, elle goûte au plaisir de longues balades jusqu’au marché, les cheveux dans le vent, insouciante, heureuse …

Mais du jour au lendemain, et avec une brutalité terrifiante, le vélo lui sera retiré par son grand-père. Il lui deviendra interdit d’aller et venir seule et elle devra se voiler. Ce basculement soudain de l’enfant épanouie à la femme enfermée dans une prison de toile fait l’effet d’un premier coup de poing. Et d’une prise de conscience nécessaire.

Il y a tellement à dire sur ce livre que je vous invite à lire la chronique complète que j’y ai consacré la semaine dernière.

En substance, ce témoignage est un must-read. Je ne l’aurais jamais lu en dehors du Grand Prix des Lectrices Elle. Et quel dommage ça aurait été de passer à côté de ce récit important, équilibré et bien écrit.

Je vous en recommande vivement la lecture. Chronique complète ici

 

Pourquoi j’ai également beaucoup aimé La vraie vie

 

Lorsqu’un terrible accident survient, Gilles, six ans, cesse soudainement de rire. Pour sa sœur de dix ans, cette situation est inacceptable. Toute son existence s’organise alors au regard d’un seul et unique but : rendre le sourire à son petit frère. Quoiqu’il en coûte et quels que soient les obstacles.

C’est violent, ça remue, ça émeut … Voilà un livre qui ne laisse pas indifférent ! Je vous recommande la lecture de ce premier roman d’Adeline Dieudonné qui est extrêmement prometteur.

La chronique complète est disponible ici.  

 

Pourquoi j’ai moins aimé Rivière Tremblante

 

À Rivière aux Trembles, petite ville du Québec, le jeune Michael se volatilise alors qu’il joue avec sa meilleure amie, Marnie, au bord d’un lac. Des années plus tard, sur le chemin du cours de danse, la petite Billie disparaît à son tour. Tour à tour, l’auteur nous plonge dans le quotidien du père de Billie et de Marnie et nous invite à partager leur quête de réponses.

Plus qu’un roman policier, Rivière tremblante est un livre sur l’intolérable absence et l’impossible deuil des proches après la disparition d’un enfant. C’est la partie la plus présente et la mieux réussie du roman, malgré quelques longueurs en milieu d’ouvrage. L’auteur y dépeint avec beaucoup de subtilité le portrait psychologique croisé des deux protagonistes : la culpabilité qui les ronge, le doute qui s’empare d’eux et les place devant le précipice de la folie. Il y a beaucoup de passages forts et d’une implacable justesse. À relever également, les quelques chapitres bien menés sur le thème de l’influence d’un nom sur la destinée et le caractère d’une personne.

S’agissant du style, j’ai globalement aimé l’écriture de l’auteur bien que la longueur des phrases, particulièrement en début de roman, m’ait quelque peu dérangée.

L’enquête policière, elle, n’intervient qu’en arrière-plan et à la toute fin. Elle est survolée, ce qui est dommage. La fin m’a vraiment déçue, car tous les éléments étaient posés pour un dénouement à la hauteur des personnages et des questions laissées en suspens. Rivière tremblante m’a fait l’effet d’un magnifique soufflé qui retombe beaucoup trop vite et prive de saveurs les derniers instants d’un bon repas.

 

Vite, la suite !

La sélection de novembre vient de tomber … Elle semble fort prometteuse. Je vais donc me mettre au travail pour vous préparer d’autres chroniques très bientôt !

Pour retrouver la chronique sur la sélection de septembre, c’est ici !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.