Envie d'Italie | Pouilles | Voyages

Italie : Voyage dans les Pouilles – 4 jours à Ostuni et dans la Vallée d’Itria

10 novembre 2018

Première étape de notre périple de 10 jours dans les Pouilles : Ostuni et ses environs. Au programme, des trulli, de très bonnes tables, des champs d’oliviers et des vieux murs en pierre, des coeurs de ville aux ruelles inoubliables, des grottes classées au patrimoine mondial et des plages de sable fin !

Sur la carte

 

Itinéraire simplifié sur 4 jours. La durée de trajet est purement indicative

 

 – Jour 1 – 

De Bari à Ostuni

Trani

À peine arrivés, nous avons souhaité nous dégourdir un peu les jambes et avons mis le cap sur Trani. À voir : son port très photogénique, sa cathédrale (surtout de l’extérieur) et son castello svevo (nous ne l’avons pas visité).

Port de Trani

Castello Svevo

Cathédrale de Trani

Andria

Puis direction la capitale mondiale de la burrata, cette mozzarella au cœur extrêmement crémeux. Pile à l’heure du déjeuner (et non ce n’était pas un hasard 😉 !) Nous avions prévu de déjeuner dans un restaurant un peu excentré à Montegrosso, Antichi Sapori, mais nous sommes cassés le nez, n’ayant pas de réservation.

Nous nous sommes donc repliés sur le centre ville et avons déjeuner à Il Buco dei Golosi. Un déjeuner tout à fait satisfaisant dans ce restaurant situé sur une grande place en plein centre ville. Le lieu est tout blanc, sans charme particulier mais sympa et les plats y sont savoureux. Nous étions un peu agacés par la lenteur du service quand nous avons vu arriver ma burrata dans les mains de son producteur, traverser le restaurant jusqu’à la cuisine et ressortir aussi sec dans une assiette. Bref, circuit ultra court, fraîcheur absolue. Ils étaient pardonnés sur le champ pour le léger délai !

 

 

Si vous vous trouvez à Andria, il y a deux choses à ne pas manquer. La burrata bien entendu mais aussi le Musée des dragées Mucci. La boutique à elle seule vaut un arrêt. Mais on vous engage très sérieusement à faire la visite guidée qui est courte (30 minutes maximum), instructive et inclut des dégustations. Nous avons adoré cette activité que nous n’avions pas prévue à la base. Une belle surprise et un lieu où gourmandise se mêle avec traditions et savoir-faire.

 

Rien à voir mais j’adore !

Castel del Monte

Nous avons ensuite mis le cap sur Castel del Monte, un site classé par l’UNESCO. Impressionnant et imposant, ce château fort octogonal se voit de loin. Il est imposant et certaine à voir. En revanche, l’intérieur est assez pauvre et à refaire, je me serais contentée de l’extérieur, car le prix est un peu élevé. Nous nous sommes également fait avoir avec le parking payant à 600 m de l’entrée du lieu. En fait, la route qui mène au Castel del Monte n’est pas vraiment fermée et moyennement quelques euros, vous pouvez vous garer tout en haut pour la moitié du prix. Bref, une petite déception à Castel del Monte.

 

Ostuni

 

Nous avons mis le cap vers Ostuni, la cité blanche, en fin d’après-midi. Nous avions réservé pour quatre nuits au Relais Châteaux La Sommita, situé tout en haut de la ville. La vieille ville d’Ostuni n’est pas accessible en voiture, nous avons donc du laisser la nôtre sur le parking d’une laverie (vraiment surprenant pour un Relais Châteaux qui de surcroît nous a facturés plusieurs dizaines d’euros pour ce « service parking »). L’Ape de l’hôtel est venue nous chercher et tels des VIPs, nous avons parcouru les rues pentues et étroites d’Ostuni à son bord, jusqu’à l’hôtel. Les photos de l’hôtel tout en bas de l’article.

 

 

Le premier soir, nous avons découvert avec stupeur qu’à Ostuni, tout est booké des jours à l’avance. Trouver un restaurant qui peut vous servir est un véritable parcours du combattant si vous n’avez pas réservé. Nous avons fini dans une petite ruelle proche de l’hôtel, l’Osteria Monacelle, après nous être gentiment fait envoyer promener par plusieurs restaurants. Le dîner était bien, les produits étaient frais et de qualité et nous avons été servis assez rapidement. Un vrai coup de bol !

 

À Ostuni, peu de choses à voir. L’intérêt de la ville blanche est surtout de se promener dans ses ruelles. Le soir, la place principale, Piazza della libertà, s’anime et toutes les rues sont noires de monde. C’est une ville que j’ai bien aimée et qui, par certains aspects, m’a rappelé la Grèce. Mon moment préféré pour arpenter Ostuni : le matin avant 9h. On croise les livraisons de produits du terroir, quelques habitants et zéro touriste. Le top !

100% d’italianité sur cette photo !

 

– Jour 2 –

La Vallée d’Itria

 

Le 2e jour, nous sommes rentrés dans le vif du sujet avec un emploi du temps bien rempli. Au programme Alberobello, Locorontondo, Martina Franca et Cisternino.

Alberobello

Lorsque l’on pense aux Pouilles, on a souvent à l’esprit l’image des trulli, ces petites maisons blanches aux toits de pierre coniques.

 

 

Véritable « village des Schtroumpfs », la ville d’Alberobello regroupe la plus haute concentration de trulli de la région.

 

 

Même son église a été conçue dans ce style si particulier …

 

L’église faite de trulli d’Alberobello

 

Si c’est un lieu à voir, allez-y hors saison ou très tôt le matin pour éviter la foule.

 

Comme ça, ça allait encore 😉 

 

Sur place, tout est désormais prévu pour accueillir un tourisme de masse et cet aspect ultra mercantile gâche un peu la beauté du lieu. Nous ne nous y sommes donc pas trop attardés. D’ailleurs, mes trulli préférés sont ceux que l’on trouve au détour d’une route, faits de pierre, et au milieu des oliviers.

 

Locorontondo

À Locorotondo, nous sommes tombés amoureux de la partie piétonne de la vieille ville. Tellement de charme. On vous engage à vous perdre dans les petites rues et à vous arrêter à U’Curdunn pour déguster une cuisine très locale avec un verre de vin blanc sec de la région.

 

Martina Franca

En quittant Locorotondo, l’orage menaçait. Oui, il peut pleuvoir aussi dans cette région. C’est sous un ciel gris et lourd que nous avons parcouru le centre de Martina Franca. Avec ses airs baroques, ses palais et sa cathédrale imposante, Martina Franca se distingue un peu des villages alentours. À voir, même si nous lui avons préféré le charme plus modeste de Locorotondo.

 

Cisternino

Enfin, direction Cisternino, chez des amis qui ont une masseria magnifique. Imaginez, une merveilleuse habitation rénovée avec goût et tout le confort moderne et qui a su préserver deux trulli. Des oliviers centenaires, une piscine creusée à même le rocher. Un lieu enchanteur où nous avons passé une fin d’après-midi et une soirée délicieuse.

C’est aussi ça les Pouilles (et surtout ça d’ailleurs) : la douceur de dîner entre amis en terrasse, des plats délicieux, un bon verre de vin …

 

Nous sommes ensuite sortis faire quelques pas en ville. Le cœur de Cisternino était bondé. Normal, fin août, les festivités des saints patrons locaux engendrent un nombre important de manifestations.

 

 – Jour 3 – 

Campomarino et Casalini

 

Pour ce troisième, on triche un peu en s’éloignant de la région d’Ostuni pour la côte ionienne. Au programme : une journée plage, lecture et farniente ! Ce serait dommage d’être venus jusque dans les Pouilles sans goûter aux joies de la détente balnéaire. Ça fait aussi partie de l’expérience d’un voyage estival dans le sud de l’Italie.

Nous avons donc mis le cap sur Campomarino où nous avons passé une journée merveilleuse à Posto Nove. C’est un beach club privé, ce qui limite l’affluence. On vous conseille de louer un transat à la journée. Nous avons adoré cet endroit. Le lieu est magnifique, la mer chaude et transparente, la nourriture très correcte et le coucher de soleil en prenant l’apéro était inoubliable.

 

 

Enfin, que serait une journée dans les Pouilles sans un bon gros repas ? Nous avons remis le cap sur les environs de Cisternino pour une expérience incroyable : les bombette. À Casalini, village n’ayant absolument aucun intérêt, vous trouverez tout un coup un amas de voitures impressionnant … Vous êtes probablement arrivés au bon endroit ! Braceria Macelleria Soleti …

La bonne adresse que tout le monde connaît dans les environs. Il s’agit d’une boucherie locale. Vous prenez un ticket, allez choisir votre viande au comptoir ou vos fameuses bombette et on va vous cuire tout ça juste à côté dans un grill énorme. Le lieu était bondé donc il y a eu pas mal d’attente. Mais une fois que la viande est arrivée, nous nous sommes dits que nous avions vraiment bien fait ! Côté ambiance : de grandes tablées sous quelques lampions, des chaises et des nappes en plastique … Bref, sans prétention mais tout est dans l’assiette.

 

 

Les bombette, c’est quoi ?

Si vous en êtes à compter les calories, passez votre chemin ! D’ailleurs, n’allez pas dans les Pouilles. En revanche, si vous êtes amateurs de produits locaux, y compris lorsqu’ils sont bien gras, sucrés ou salés, goûtez les bombette. Littéralement, de petites bombes, préparées avec de la viande, de la pancetta et du caciocavallo (fromage local). C’est excellent !

 – Jour 4 –

Polignano a Mare, Monopoli et les Grottes de Castellana

 

Pour ce quatrième et dernier jour dans les environs d’Ostuni, nous avons choisi d’explorer la côte et notamment les villes de Polignano a Mare et de Monopoli. En fin d’après-midi, nous avons plongé dans les entrailles de la terre aux Grottes de Castellana.

Polignano a Mare

Avant de pénétrer dans le cœur de Polignano, qui se trouve sur un rocher qui n’est pas sans rappeler un peu la Corse, nous vous conseillons un micro-détour par l’Abbazia de San Vito. Très agréable petit port dans une crique dominée par une ancienne abbaye.

 

 

Ensuite, garez-vous dans un des parkings à l’extérieur de Polignano et marchez jusqu’aux portes de la ville. Honnêtement, Polignano a Mare nous a plu mais sans plus. La raison ? Trop de monde ! C’était le délire touristique absolu. Y faire un petit tour et aller admirer la vue depuis l’un des « balcons » sur la mer vaut le coup, mais nous ne nous sommes pas attardés.

 

 

En revanche, je garde un souvenir absolument impérissable de notre passage chez Il Super Mago del Gelato, une institution aux airs de diner américain, qui existe depuis 1935. Goûtez y l’incroyable « caffè speciale ». Une base d’espresso, des zestes de citron, de l’amaretto et de la crème montée. C’est absolument EXCELLENT ! J’ai aussi goûté leur granité (au gelso c’est à dire à la mûre).

Le fameux caffè speciale qui fait la renommée du lieu

Monopoli

 

Monopoli était très mal évaluée par les guides. Le guide vert Michelin la jugeait à peine digne d’intérêt, ce qui après coup m’a vraiment fait sortir de mes gonds. Car après la folie Polignano, nous sommes tombés complètement sous le charme de Monopoli. Vide (comme c’était agréable !) mais bourrée de charme. À tel point que ça reste l’une de nos haltes préférées dans les Pouilles !

Mention spéciale pour son adorable vieux port, pour ses remparts, ses jolies places et ses dédales de ruelles.

 

Les grottes de Castellana

 

J’avais un a priori assez négatif sur les grottes de Castellana (classées au patrimoine mondial de l’Unesco), après avoir lu des témoignages sur Tripadvisor. Monsieur Chéri m’a un peu forcé la main pour y aller et finalement il a bien fait. Attention, je pense qu’il faut effectivement y aller tôt ou tard pour éviter le délire. Nous y sommes allés en toute fin d’après-midi et ça s’est très bien passé. Nous avons pris la visite de 3 km (la plus longue) et je pense qu’il faut au moins ça. La petite boucle s’arrête avant les parties intéressantes (notamment le « grand canyon » et la grotte blanche). Nous avons fait la visite en italien et elle était passionnante. Je recommande vraiment. En revanche, pas le droit de prendre des photos au-delà de la première grotte, sorry !

 

Ça rappelle un peu les cenotes du Mexique, non ? 

Retour à Ostuni …

De retour à Ostuni, après une bien belle journée, nous n’avions qu’une hâte : tester l’Osteria del Tempo Perso. Nous devons à un ami, qui est du coin, le fait d’avoir finalement obtenu une table. Nous avions appelé à notre arrivée à Ostuni et tout était complet jusqu’à la semaine suivante. Autant dire que nous avions hâte de tester le restaurant dont tout le monde parle.

Demandez la partie grotte ! Le lieu est superbe. Le service excellent, rapide et sympathique. La carte des vins très bien aussi. Quant à la nourriture … Une claque culinaire ! Absolument succulent. J’aurais repris trois fois du plat de pâtes que j’avais commandé. Même verdict pour Monsieur Chéri qui, en bon italien, est un cran au-dessus de moi en matière d’exigence culinaire en Italie. Une vraie bonne adresse si vous passez par Ostuni !

 

 

Notre verdict

– Région d’Ostuni –

 

De très jolies découvertes au cours de cette première partie de séjour.

Coup de coeur pour Monopoli, Locorotondo, les champs d’oliviers, l’arrière-pays, et la confetteria Mucci à Andria.

 

Aspects pratiques

– Région d’Ostuni –

 

Restaurants :

Côté assiette, on vous recommande :

  • l’Osteria del Tempo Perso à Ostuni
  • U’Curdunn à Locorotondo
  • les bombette de Casalini (Braceria Macelleria Soleti)

 

Hôtel : Relais La Sommità à Ostuni.

Un Relais Châteaux idéalement situé au sommet de la ville blanche. Belle option, excellent petit déj, mais nous y avons eu une expérience quelque peu décevante. Le niveau de service était clairement en-dessous de ce que l’on est en droit d’attendre d’un Relais Châteaux.

 

 

Et après ? 

 

Après, cap sur la région de Lecce pour 4 jours dans le Salento !

L’itinéraire complet, c’est ici !

 

* * * * *

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.