Lectures

Autopsie d’un drame de Sarah Vaughan : coup de coeur pour un roman addictif

22 juin 2020

Je m’étais pourtant promis d’attendre sa sortie en français. Mais voilà j’avoue : j’ai craqué. Totalement conquise par Anatomie d’un scandale l’an dernier, je n’ai pas résisté à l’appel de Little disasters, Autopsie d’un drame dans sa version française, publié chez Préludes Éditions en mars 2021. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ce nouvel opus de Sarah Vaughan tient vraiment toutes ses promesses.

Disons-le franchement, c’est un coup de coeur.

 

Pourquoi ce livre ? 

 

J’attendais de pied ferme ce nouveau roman de Sarah Vaughan. J’avais eu en janvier 2019 un vrai coup de coeur pour Anatomie d’un scandale. Le roman était arrivé numéro 1 de mon palmarès dans la catégorie policier/thriller pour le Grand Prix des Lectrices Elle, grâce auquel j’ai découvert cet auteur. Et numéro 3, toutes catégories confondues.

 

Pour qui ?

 

Autopsie d’un drame est  un livre tout public que je conseillerais à tous. Aux femmes, qui sont au coeur de ce récit haletant. Mais peut-être aussi et surtout aux hommes, pour qui ce livre peut être instructif.

 

Ça raconte quoi ? 

 

Angleterre. De nos jours. Liz, le personnage principal, est médecin au sein d’un service d’urgences pédiatriques. Mère de deux enfants, elle s’est constituée au moment de sa grossesse un cercle d’amies mamans. Lorsque Jess, l’une de ces amies débarque un soir aux urgences avec Betsey, son bébé, Liz comprend bien vite que quelque chose ne va pas. Agitée, Betsey présente un signe de traumatisme crânien. Un traumatisme qui fait naître un terrible doute chez Liz, que les explications contradictoires et incohérentes de Jess ne parviennent pas à dissiper. Tiraillée entre sa loyauté envers son amie et son devoir envers sa très jeune patiente, Liz va devoir prendre une terrible décision. Quitte à tout bouleverser, jusqu’à ses propres certitudes.

Drame domestique ou simple malentendu ? Sarah Vaughan pousse à l’extrême le questionnement sur la charge mentale post-partum, sur la solitude de la vie de mère au foyer, sur les ressorts complexes de la psychologie féminine et maternelle. Maniant habilement suspense et faux-semblants, Little disasters / Autopsie d’un drame nous invite au doute, au discernement et à aborder avec une bienveillance critique les fragilités de ceux qui nous entourent.

Glaçant. Bouleversant. Efficace.

 

Et le style dans tout ça ? 

 

Quel talent ! J’aime décidément beaucoup le style de Sarah Vaughan. Précis, chirurgical, toujours nuancé et subtile. Si elles n’ont rien de magistrales, les phrases s’enchaînent avec une grande justesse. Et le vocabulaire, choisi avec soin, sert parfaitement l’histoire et les portraits des personnages qui la constituent.

Les personnages justement parlons-en. Car au-delà de l’histoire, ce qui fait la force de ce livre ce sont ces portraits psychologiques extrêmement travaillés et poussés. Que dire sinon que c’est vraiment très bien fait.

La structure du roman contribue aussi à faire d’Autopsie d’un drame une oeuvre très réussie. Des chapitres courts et percutants, se terminant souvent, comme dans tout bon thriller sur un cliffhanger. Une phrase choc qui insinue le doute. Une question perturbante. Une réflexion glaçante.

L’alternance des points de vue alimente cet agréable suspense et apporte divers éclairages sur une même situation. C’était déjà un aspect qui m’avait plu dans Anatomie d’un scandale et cela la apporte profondeur et relief au récit.

En conclusion, un style et un rythme parfaitement adaptés au sujet.

 

Verdict 

 

Autant vous prévenir : il est totalement impossible de ne pas lire d’une traite Autopsie d’un drame. J’ai été happée dès les premières pages de ce roman palpitant. Le plaisir de lire était maximal. J’ai tourné frénétiquement les pages, obsédée par le besoin de connaître le fin mot de l’histoire. Et jusqu’au bout, j’ai douté. Comme dans Anatomie d’un scandale. 

Le parallèle ne s’arrête pas là.

Le point commun le plus flagrant est sans doute le soin avec lequel les personnages sont abordés. La nuance et la finesse avec lesquelles leurs pensées les plus intimes sont traitées. Sans jamais tomber dans le pathos ou la caricature. Jess, Liz, Ed, Frankie et les autres étaient criants de vérité. De la première à la dernière phrase, ils m’ont touchée, émue, bouleversée.

Autre point commun : l’importance du thème abordé. Le consentement et l’emprise psychologique dans Anatomie d’un scandale et les violences domestiques et la période extrêmement délicate du post-partum dans Autopsie d’un drameCe livre met un coup de projecteur utile sur un sujet tabou qui touche pourtant de nombreuses femmes. Il est aussi question de recherche obsédante de la perfection dans la maternité et des troubles profonds que cette quête peut cacher. Loin d’être légers, ces thèmes de société méritent d’être explorés et de provoquer la réflexion. Objectif atteint !

Un livre coup de coeur, qui se dévore et qui accompagne son lecteur longtemps après la dernière page refermée.

 

 

Lu en anglais à Paris – Juin 2020

* * * *

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.